La plus grande salle propre du monde



Le lancement du JWST (James Webb Space Telescope) est un événement historique pour l'exploration spatiale et pour notre connaissance de l'univers. Bien que le JWST perçoive la lumière infrarouge, beaucoup le considèrent comme le successeur spirituel de Hubble, qui perçoit plutôt la lumière visible. Hubble a joué un rôle déterminant dans l'amélioration de nos connaissances sur des sujets tels que les trous noirs, la matière noire, les exoplanètes et plus encore ! Le Webb, cependant, a déjà montré qu'il peut nous surprendre en nous montrant des choses qu'avec le télescope le plus technologique que nous ayons eu jusqu'en décembre dernier, nous ne pouvions pas voir. Dans la première image que le JWST nous à envoyé, vous pouvez voir des galaxies à plus de 13 milliards d'années-lumière, alors que 97% de l'histoire de l'univers devait encore se produire. On voit aussi la distorsion de la lumière formée par un amas de galaxies qui, avec sa masse énorme, déforme l'espace-temps qui l'entoure et donc la lumière qui le traverse avant de nous rejoindre.


Espace et filtration


Le JWST a déjà battu de nombreux records dans des domaines très disparates, dont l'utilisation de la plus grande salle propre du monde, au Goddard Space Flight Center de la Nasa à Greenbelt, dans le Maryland, États-Unis. Il y était amené pour être préparé au lancement sans risquer une contamination externe de poussières, fibres ou molécules organiques. Pour cette procédure, 16 experts en contamination de la NASA et une vingtaine de personnes d'Arianspace et du Cnes ont été appelés pour les activités critiques et seulement deux ou trois personnes était chargées de s'occuper des aspects scientifiques et télécommunications du télescope.


Le bâtiment Goddard Space Flight Center S5 a été préparé avant l'arrivée du James Webb et nettoyé de fond en comble pour toutes les molécules organiques qui pourraient encore être en suspension dans l'air. Futura Sciences dans un article écrit "pour comprendre cette nécessité, il faut savoir que les poussières risquent de se figer sur le miroir secondaire ou sur un ou plusieurs des 18 segments du miroir primaire, ce qui pourrait nuire considérablement à la qualité des observations, soit en bloquant directement la lumière infrarouge générée par les étoiles mais également en créant une lumière diffuse (scattering effect), phénomène que chaque automobiliste connait bien lorsque la vision est altérée derrière un pare-brise poussiéreux exposé au soleil rasant du matin ou du soir. Les particules électro-conductrices peuvent également altérer prématurément certains éléments électroniques »".



Le but est de réduire par 10 la présence de poussière dans l'air et d'éviter qu'elle ne se dépose sur le télescope. Pour ce faire, des filtres HEPA ont été intégrés et des murs de filtres mobiles soufflent l'air pur vers le satellite. L'ensemble de la salle est surveillé par des capteurs qui ont pour tâche de tracer toutes les sources possibles de contamination.

Pour éviter toute contamination supplémentaire, le personnel et le matériel autorisés dans la salle propre sont limités, ni les visiteurs ni les personnes considérées comme VIP ne sont autorisés à entrer et doivent se contenter d'observer le télescope depuis les fenêtres d'observation. Les personnes autorisées devaient d'abord suivre une formation à la contamination afin d'accéder à la salle en présence du Webb. La tenue vestimentaire est également très importante : une cagoule et une combinaison étanche, des surbottes et des gants scellés à la combinaison. Seuls quelques centimètres carrés de peau autour des yeux sont visibles et, encore une fois, ils peuvent "être masqués en portant des lunettes de protection pour les opérations sensibles". De plus, tous les objets qui doivent être apportés dans la salle sont d'abord inspectés et nettoyés par une équipe expérimentée. En conséquence, "l'environnement passe d'ISO-7 à bien en dessous d'ISO-6", explique Olivier Schmeitzky, représentant de l'ESA, interrogé par Futura Sciences.

Un autre bâtiment de la même structure : le bâtiment d'assemblage final (plus communément appelé BAF), a été aménagé pour que l'installation de James Webb à bord d'Ariane 5, s'effectue dans des conditions de propreté maximale. Des filtres à charbon actif et « une douche à air conçue comme une seconde peau protectrice » ont été ajoutés aux équipements installés. Cette douche à air, d'environ 10 mètres de diamètre et de 20 mètres de haut, est ventilée en « air ultrafiltré ».

La coiffe d'Ariane-5, qui enveloppera le télescope, est également un élément à maîtriser : les fortes vibrations générées au décollage vont fortement secouer la structure et libérer des débris et poussières qui pourraient s'y déposer. Pour réduire cette éventualité, le bouchon a fait l'objet de "deux nettoyages extrêmement minutieux afin de le débarrasser de la poussière visible dans les lumières noires et blanches en cours d'inspection à moins de 30 cm de distance afin de garantir le critère VCHS + UV le plus strict ( Visiblement Clean Highly Sensitive + Ultra Violet) ". A titre de comparaison, le volume du carénage de l'Arian 5 est quasiment identique à celui de la cabine d'un Airbus A320, donc "tracer la poussière" d'un dixième de millimètre de large dans un chapeau qui fait 17 mètres de long et 5,4 mètres de large, c'est un peu comme chercher une aiguille dans une botte de foin" pourtant cet exploit a été très bien accompli et aujourd'hui le JWST nous émerveille par ses découvertes et sa précision.


15 vues0 commentaire